Zoom sur... Michelle Scribot 

michelle scribotJe suis adhérente et bénévole à l’APF depuis plus de 30 ans, je suis retraitée, j’ai travaillé plus de 40 ans en tant que technicienne de laboratoire d’abord à l’hôpital puis en laboratoire privé. Je suis adhérente et bénévole à la délégation avec mon mari et mon fils. Je suis représentante suppléante au Conseil départemental et référente du groupe Amitié-Convivialité. Qui plus est, je suis la correspondante de Neuilly-sur-Marne et Neuilly-Plaisance et à Commission communale pour l’accessibilité de ces deux villes, titulaire à la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH à la MDPH) et au Conseil départemental consultatif des personnes handicapées.

 

Comment as-tu connu l’APF ?
Un professeur à l’hôpital que j’ai connu lors d’une consultation pour mon fils m’a incité à me tourner vers l’APF pour des conseils à propos de l’avenir de celui-ci.

Peux-tu nous raconter comment l’atelier a vu le jour ?
Lors du premier « Week-end du polar» de Neuilly-Plaisance, (où j’étais conviée) la Mairie et le Lion’s Club Neuilly D’Huys ont reversé les bénéfices de ce week-end à l’association : « Rire Médecin ». Je fus alors sollicitée, pour me demander si l’APF serait favorable à ce que le deuxième Week-End du Polar soit au bénéfice de l’association, j’ai bien évidemment répondu « oui ». Le don du Lion’s Club Huys Neuilly-Plaisance devait être affecté au profit d’un adhérent APF de Neuilly-Plaisance pour l’achat d’un fauteuil électrique. Cependant, j’ai préféré demander un lieu accessible aux personnes en situation de handicap afin d’organiser un après-midi convivial, privilégiant une satisfaction collective estimant que cela manquait. Une somme de 4.000 € a été remise en 2004 pour l’APF et en mai de cette année 2004, a été inaugurée la maison des associations avec un élévateur rendant cette salle accessible. Depuis cette date, tous les jeudis après-midi, sauf vacances scolaires et jours fériés, sont des moments de partage, nous y fetons la chandeleur, Pâques et la fin d’année est l’occasion de nous retrouver pour un moment festif chez moi.

Le bouche à oreille a fonctionné. De plus, il y avait toute une équipe d’anciens adhérents qui sont venus au début de cet atelier,l’ont apprécié et au fil des années, un renouvellement perpétuel, dû aux départs de certains, fait que cet atelier est en mouvement constant.

Comment décrirais-tu l’atelier ?
Je suis satisfaite d’avoir opté pour cette solution, d’avoir créé cet atelier. Il permet d’apporter un peu de lumière à certains, le sourire que je reçois en retour est une récompense. Les liens entre chacun qui se développent sont de l’ordre de l’affectif…

Quel est ton rôle en tant que référente ?
Je dois prendre contacts avec tout le monde, créer le lien entre chacun de manière à pointer au préalable qui se rendra à l’atelier, qui sera parti en vacances, qui apporte une spécialité… Je prépare des gâteaux, les boissons, cafés, les courses, les assiettes, verres, tasses, les créations d’objets artisanaux (bougies, crocodiles, bagues en perle…), j’entretiens régulièrement des liens avec la mairie. Nous essayons de représenter l’APF à chaque invitation, chaque événement. De plus, je m’organise avec Pierre, mon mari, pour prendre des personnes et les raccompagner avec notre voiture. Je tiens d’ailleurs à le remercier pour son investissement qui est essentiel ! (car sans lui cela n’aurait pu etre possible ).Occasionnellement, nous participons à des sorties. Toute cette organisation demande beaucoup de rigueur.

Que représente l’atelier ?
C’est l’événement du jeudi ! Mon agenda est bloqué.

Un dernier mot ?
Des travaux d’amélioration de manière à rendre le lieu plus accueillant vont être réalisés pendant les vacances. L’atelier est donc parti pour une autre dizaine d’année.