Pourquoi s'investir dans le bénévolat

faire du bénévolat - Faire du bénévolatVos amis sont sur aufeminin, découvrez ce qu'ils lisent

Au-delà de l’acte de solidarité, pourquoi choisir de s’investir dans le bénévolat ? Que recherchons-nous dans cette activité altruiste ? Que nous apporte-t-elle ?
Prendre soin des autres : une manière de prendre soin de soi
Bien que la gentillesse ait globalement mauvaise presse parce qu’elle est souvent confondue avec la faiblesse (celle de ne pas savoir dire non ou de ne pas savoir penser à soi), il est pourtant indéniable que les activités altruistes améliorent l’image de soi et construisent des relations aux autres qui permettent de se penser autrement.

 

 


L’activité bénévole est en effet une autre vision du ‘travail’. Comme dans l’entreprise, il s’agit de réaliser un ensemble de tâches dans un certain objectif, en tenant compte de certaines contraintes. Pourtant, la liberté, implicitement liée au bénévolat, modifie considérablement les rapports humains, permettant ainsi aux personnes de s’exprimer sans réserve et sans crainte de l’image renvoyée et des retombées éventuelles.

Le bénévolat, une réponse à l’individualisme ambiant
A l’heure de la mondialisation, du culte de la performance et du ‘tout-virtuel’, les relations sociales se sont considérablement réduites : l’augmentation du nombre de familles monoparentales, l’éloignement géographique dû à la recherche d’emploi, l’allongement des temps de trajet domicile-travail ainsi que l’intensification constante des rythmes de vie poussent chacun vers l’individualisme.

Ces conditions de vie tendent à déshumaniser les rapports humains, d’ailleurs de plus en plus virtuels. Ils réduisent les vies de chacun à l’atteinte d’objectifs : réussir ses études, réussir sa carrière, réussir sa vie familiale, acheter sa maison etc...

Les relations établies dans le cadre d’activités bénévoles s’opposent en tout point à ces pressions sociales. D’abord parce qu’elles ne sont soumises à aucune pression car elles sont exemptes de tout enjeu de pouvoir, ensuite parce qu’il s’agit de donner du temps et de créer des liens sociaux réels.

Bénévolat : les raisons inconscientes
Comme tous nos actes ou décisions, le choix de s’investir dans une activité bénévole n’échappe pas aux processus inconscients. Ici, il est question des enjeux liés à la réparation : en ‘réparant’ autrui, nous pouvons ainsi tenter de résoudre nos propres conflits : culpabilité, reconnaissance, honte, mauvaise image de soi... le bénévolat peut être une réponse à de nombreuses problématiques.

Est-ce une raison pour ne pas s’y engager ? Non, à condition d’être au clair avec soi-même en gardant à l’esprit qu’il ne s’agit pas de répondre à ses besoins mais à ceux des autres.

Le bénévolat nécessite en effet des qualités d’écoute, d’empathie et de maîtrise de ses émotions. Il arrive ainsi que des personnes venant de perdre un proche victime d’une maladie, cherchent à s’investir auprès d’autres malades.
On comprend alors sans peine qu’il s’agira davantage de répondre à une problématique personnelle plutôt que de venir en aide à autrui. Un tel investissement serait donc néfaste pour l’aidant car il l’empêcherait de faire son deuil.